Construction : l’apprentissage peine à séduire les jeunes - 08/11/2017

En 2016, près de 290 000 contrats d’apprentissage ont été signés dans la construction. Un nombre qui témoigne d’une petite stabilisation du nombre d’arrivées des jeunes dans ce secteur après sept années de baisse constante. Comment expliquer ces résultats dans un secteur qui a pourtant toujours embauché des apprentis ? Pourquoi l’apprentissage peine à séduire les jeunes ? Éléments de réponse avec Fed Construction. 

Pourquoi les jeunes boudent-ils l’apprentissage dans le secteur de la construction ? 

Plus de 275 000 dans le privé, près de 13 500 dans le public : l’année 2016 a vu le nombre de contrats d’apprentissage signés augmenter de 1,9 % par rapport à 2015. L’hémorragie est stoppée après sept ans de disette et de baisse régulière du nombre d’apprentis. Pourquoi, dans le secteur de la construction, les jeunes ne sont plus séduits par l’apprentissage ? Les raisons sont multiples.

Tout d’abord, les certains a priori sur cette branche et sa réalité. Après des années compliquées, les jeunes peuvent ignorer que les entreprises embauchent et préfèrent se tourner vers d’autres secteurs. D’autres peuvent être effrayés par les contraintes physiques de certains métiers du bâtiment alors qu’il y en a de moins en moins.

Autre raison avancée : le recul de l’âge du choix d’orientation pousse certains candidats potentiels à se tourner vers une formation sans apprentissage ou à continuer jusqu’au baccalauréat. Les embauches d’apprentis préparant un diplôme de niveau Bac+2 ont augmenté alors que celles de jeunes se tournant vers un CAP ou un brevet professionnel ont baissé.

À lire aussi : Quels sont les nouveaux métiers du bâtiment ?

Quelle est la situation du secteur de la construction ? 

La frilosité actuelle des jeunes vis-à-vis de l’apprentissage dans le bâtiment peut se comprendre. Ce secteur, grand pourvoyeur d’emplois en France, a connu une période compliquée de sept années pendant lesquelles les embauches d’apprentis n’ont fait que chuter.

Depuis le début des années 2010, les entreprises ont dû composer avec une conjoncture économique particulièrement difficile. Il était alors compliqué de pouvoir embaucher un apprenti sur une période – en général – de deux ans alors que les carnets de commandes ne donnaient pas une visibilité suffisante sur cette période. Une situation que les aides à l’embauche n’ont pas pu améliorer sur ces sept dernières années.

Si aujourd’hui, la situation a évolué, on assiste principalement à une stagnation du nombre de contrats d’apprentissage. Les prochaines années permettront de savoir si le secteur de la construction connaît un renouveau qui sera synonyme de recrutements plus importants.

Seule certitude, une mutation constatée au niveau des profils recherchés. Les BTS, licences professionnelles et brevets professionnels sont des profils appréciés par les entreprises. Mais, évolution du secteur oblige, les recruteurs se tournent de plus en plus vers des candidats titulaires d’un bac+2 en génie civil, thermique, ou énergétique.

À lire aussi : Secteur du BTP : les nouvelles compétences recherchées

FED Construction vous accompagne …

Fed Construction accompagne les candidats à la recherche d’un emploi et les entreprises en quête d’un profil ciblé. Découvrez toutes nos offres d’emploi sur notre site.

Pour aller plus loin :